Vendredi 17 Juin 2022

Shartlesville, Pennsylvanie, USA
Jonestown, Pennsylvanie, USA
>>>>>
37
Kilomètres

Jour 12


J'ai du mal à écrire tellement je suis épuisée et cuite par le soleil.

Départ du motel à 6h30 dans le brouillard. C'est bon la fraîcheur, j'en profite, je sais que cela ne va pas durer, il a fait plus de 30 degrés aujourd'hui. Je me suis prévu un itinéraire un peu long pour rejoindre un camping (il n'y a rien d'autre sur ma route), par ce qui me semblait sur la carte être des petites routes. En tout cas j'ai fait de gros détours pour emprunter ce que j'imaginais être des chemins loin de la circulation. Totalement raté, une journée de longues routes avec beaucoup de circulation, surtout des camions et des engins agricoles. Je traverse des lieux de labeur, le grenier de l'Amérique. Des fermes immenses aux silos très hauts (avec mentionné dessus que Jésus nous sauve), des champs, des lignes droites et beaucoup de montées. Je croise beaucoup de Yard Sale (vides greniers) dans les jardins et suis en territoire Amish (photo d'une calèche ratée). Les femmes sont toutes Laura Ingalls. J'ai toujours du mal à manger. Rien ne me fait envie. Les choses fraîches ne se gardent pas avec la chaleur. Aujourd'hui je n'ai mangé que ma boîte d'ananas lors de ma pause de 10h assise sur les marches d'une église. Tout au long de la journée je ne croise rien pour manger. Juste une espèce de pâtisserie avec des gâteaux plein de crème et de couleurs, beurk. J'y prends juste un iced tea pour profiter de la clim, du wifi et des toilettes. Je discute avec une dame curieuse de Werner. Je lui dis que je vise un camping et que j'espère qu'il y aura de la place. Elle téléphone pour demander. Ok, il y a de la place mais quand elle entend le prix elle fait de gros yeux. 48 dollars. Elle trouve ça complètement fou pour juste une tente. Elle cherche mais il n’y a rien d'autre sur mon chemin faisable à pied. Elle ne peut pas me driver, elle a déjà sa mère en fauteuil roulant. Elle me dit que je devrais demander dans les églises et à la police. To the police ??? Dis-je avec de gros yeux. Elle me répond qu'ils sont très gentils et ne me frapperont pas !! Ok, je reprends ma route. Infinie (il faudra que je trouve des synonymes à ce mot, je risque de l'employer souvent ces 4 mois). Je sais par mon plan que pour atteindre le camping je n'ai pas d'autre choix que de faire 5 kilomètres sur une 4 voies. Je me dis que je vais faire du stop juste pour cette petite partie qui me semble trop dangereuse à pied. Des dizaines de véhicules géants qui pourraient contenir 4 fois Werner passent devant mon pouce levé mais personne ne s'arrête. Je crie des insultes en français, cela me fait toujours du bien en pleine galère. Je m'élance donc sur cette grosse route. Soleil de face et vent très violent de face aussi. Je sèche sur pied. C'est rude. J'arrive enfin à la route qui me fait quitter cet enfer et me mène au camping. Je fais ce dernier kilomètre en pensant à la douche qui m'attend. Arrivée à l'accueil du camping je suis reçue par une vieille édentée qui me hurle dessus Que faites-vous là ? J'explique, je veux juste planter ma tente pour une nuit, quelqu'un a téléphoné pour moi il y a 3h, je suis fatiguée je marche depuis 6h du matin, je dois me reposer. Pas de tente ici. Dégagez. Je suis tellement sidérée que les larmes me montent. Mais aidez-moi s'il vous plaît j'ai besoin de me reposer juste pour une nuit. Pleeeease. Foutez le camp ou j'appelle la police. Waw. Je me barre en l'insultant copieusement en français mais suis complètement désorientée. Que faire. Pas de réseau. Où aller ? Je marche un peu au hasard et entre dans un magasin de bricolage. J'explique mon affaire quasi en pleurant en disant que j'ai besoin d'aide vraiment. On me dit d'aller au fond du magasin et de demander Luc. Un homme au gros bidon arrive souriant. Je réexplique en vacillant. Il me fait m'assoir m'offre de l'eau fraîche et me dit d'attendre, on va trouver une solution. Mon histoire se raconte dans tout le magasin. Les gens compatissent, on m'offre un coca frais. Luc revient il a téléphoné au propriétaire de tous les champs environnants, et je peux poser ma tente là. Sur les terres de Darvin. Il m'emmène avec Werner dans son pick-up. Il me montre un tout petit endroit à l'ombre, je peux m'installer là. Il me fait même un petit papier qui dit que je suis autorisée à camper là, avec son numéro de téléphone. Merci tellement Darvin et Luc. Je monte ma tente. Me fais une mini douche avec 1 litre d'eau. J'ai la peau vraiment abîmée. Mais là, sous ma tente, je suis tellement bien. Et que la vieille du camping s'étouffe dans son caca.

Bon, il faut que je me force à manger. C'est bizarre de n'avoir jamais faim.


Et là, juste maintenant, Marcia, la voisine, vient de venir se présenter avec un cadeau à manger (2 cuisses de poulet, je suis végétarienne...) Mais c'est tellement adorable. On discute un moment, on parle de ma marche et de nos enfants. Elle demande à prendre des photos. Merveilleuse femme. Merci Marcia.

1-logo1-TRANS-2-Revers.png

<

Jeudi 16 Juin 2022

Samedi 18 Juin 2022

>

1-logo1-TRANS-2.png