Plan du Jardin de la Maison des arts, centre d'art contemporain de Malakoff

En attendant d’aller Nulle part

Marche performative
Jardin de la Maison des arts, centre d'art contemporain de Malakoff
444 kilomètres, 3172 tours de jardin, boucle de marche de 140 mètres 
12 février - 1 mars 2022

C’est après une demande de l’artothèque de Caen qu’un nouveau projet a germé. L’artothèque me demande une série d’interventions autour de mon travail dans une prison pour femmes. En réfléchissant à ces interventions (qui n’auront finalement rien à voir avec la marche), j’ai pensé à la seule possibilité de marcher lorsque l’on est enfermée. Marcher en cercles. Longer les murs. Arpenter jour après jour l’espace disponible en imaginant l’augmenter. J’ai pensé au travail de la danseuse et chorégraphe Simone Forti, aux animaux dans les zoos qui, pour ne pas devenir fous, parcourent incessamment le même trajet, laissant dans le sol de leur cage une trace profonde de leurs passages tristes et résignés. Et puis bien sûr, tellement, à Richard Long.

 

Du 12 février au 1er mars, j'ai marché chaque jour dans l’enceinte du jardin de la maison des arts centre d’art contemporain de Malakoff. 

444,04 kilomètres sur une boucle de 140 mètres.

 

Cela faisait longtemps que je voulais faire une pièce qui parle de l'enfermement forcé. Des zoos et de la condition animale en particulier. J'ai vécu 18 jours dans un espace clos que j'ai arpenté sans cesse jusqu'à faire une entaille sur mon passage. J'ai été nourrie depuis l'extérieur, j'étais reclue chaque soir dans un cabanon jusqu'au matin. J'ai été observée et photographiée. J'ai ressenti l'ennui, le désespoir, l'abandon, le néant, le besoin d'un ailleurs, l'importance des rituels et de la routine pour échapper à la folie.

Sauf que je l'avais décidé. Je suis libre.

Jusqu'à présent.